Cryptogrammes musicaux : 5 partitions avec messages cachés

Imaginez transmettre un message secret en utilisant les hauteurs (de Do à Si ou de A à G) qui sont intégrées dans une partition musicale.

Cela a fait l’objet de romans policiers et d’émissions de télévision ainsi que du livre de Philip Thicknesse de 1772, A Treatise on the Art of Deciphering, and of Writing in Cypher: with an Harmonic Alphabet (Traité de l’art de déchiffrer et d’écrire en chiffre : avec un alphabet harmonique). Pendant la Seconde Guerre mondiale, les décrypteurs ont envisagé la possibilité que des espions allemands et japonais utilisaient des notes de musique comme moyen de communication.

Un nombre surprenant de compositeurs ont aussi utilisé des cryptogrammes musicaux. Comme la façon dont la Troisième Symphonie de Brahms se développe à partir d’un motif d’ouverture à trois notes (fa, la bémol, fa) qui décrit la devise “Frei aber froh” ou “Libre mais heureux”. C’était la version de Brahms de la devise romantique, “Frei aber einsam” (“Libre mais solitaire”), adaptée par son ami, le violoniste Joseph Joachim. Elle a été traduite en musique dans la Sonate FAE de 1853, un hommage collaboratif à Joachim dans lequel Schumann, Brahms et Albert Dietrich ont chacun écrit un mouvement basé sur l’une des lettres. (Le Scherzo de Brahms reste le plus célèbre des trois mouvements).

Voici cinq pièces qui incluent des cryptogrammes musicaux. Il existe de nombreux autres exemples, alors n’hésitez pas à faire vos propres recherches pour en trouver d’autres.

J.S. Bach : L’Art de la Fugue, Fuga a 3 Soggetti (Contrapunctus XIV)

La musique de J.S. Bach est rempli de symbolisme numérique. De plus, le nom de Bach apparaît parfois comme un motif musical avec les hauteurs, B-flat, A, C, B. (Dans la nomenclature musicale allemande, “B-flat” est appelé “B” tandis que “B-natural” est “H” ). Évoluant par étapes avec son dernier demi-ton surprenant, le motif BACH est riche en possibilités. Il apparaît à la fois comme sujet principal et comme figure de basse de passage dans un certain nombre d’œuvres de Bach. De nombreux compositeurs, de Schumann et Liszt à Schoenberg et Arvo Pärt, sont revenus sur ce motif. Écoutons l’une des pièces les plus célèbres dans lesquelles le motif est utilisé.

Il s’agit de la dernière Fugue inachevée du monumental “L’Art de la Fugue” de Bach. Vous entendrez le motif BACH au début du troisième sujet. La fugue s’interrompt au milieu de la phrase, nous présentant un mystère musicologique. La mort de Bach a-t-elle empêché l’achèvement de ce qui devait vraisemblablement être une quadruple fugue ? Cette théorie autrefois populaire a été discréditée. Peut-être le manuscrit a-t-il été perdu, ou peut-être cette fugue finale a-t-elle été volontairement laissée incomplète comme un défi à la postérité. Voici un enregistrement récent de Schaghajegh Nosrati :

YouTube video

Schumann : Carnaval, op. 9

Achevé en 1835, le Carnaval de Robert Schumann est un recueil de vingt courtes pièces pour piano solo représentant des fêtards masqués lors d’un Carnaval d’avant le Carême. Schumann a fourni le sous-titre, Little Scenes on Four Notes.

Les quatre notes sont des énigmes codées, revenant tout au long du Carnaval dans une série de combinaisons : A, E-b, C, B (A-Es-C-H en allemand), A-b, C, B (As-C-H), E- bémol, C, B, A (Es-C-H-A). Ces motifs font référence à la ville d’Asch, lieu de naissance de la fiancée de Schumann, Ernestine von Fricken. Le mot allemand pour “Carnaval” est Fasching, et Asch est une référence au mercredi des Cendres. Le motif final (S-C-H-A) souligne le nom du compositeur. Voici l’œuvre complète, par Michelangeli Lugano :

YouTube video

Ravel : Menuet sur le nom d’Haydn

En 1909, la Revue musicale mensuelle de la Société internationale de musique charge six compositeurs français d’écrire des pièces en commémoration du centenaire de la mort de Franz Joseph Haydn. Le menuet de 54 mesures de Ravel est construit sur un motif de cinq notes décrivant le nom de Haydn.

Le système français des cryptogrammes musicaux implique tout l’alphabet, avec H-N, O-U et V-Z en lignes sous les notes diatoniques originales A-G. Dans la partition de Ravel, H est représenté par B naturel, A et D sont représentés par leurs hauteurs respectives, Y devient D naturel et N devient G naturel. Nous entendons ces hauteurs dans le motif ascendant de la voix supérieure dans l’ouverture de la pièce. Il ouvre la porte à une musique qui est du pur Ravel – un paysage de rêve bref, beau et d’une simplicité sublime. Voici un enregistrement de 1964 du Menuet sur le nom d’Haydn de Werner Haas :

YouTube video

Chostakovitch : Quatuor à cordes n°8

Les initiales de Dmitri Chostakovitch, entourées des hauteurs, D, E-flat, C, B (D, Es, C, H en notation allemande), émergent avec une régularité effrayante et provocante tout au long de sa musique. Le motif DSCH peut être entendu dans au moins dix des œuvres de Chostakovitch, dont le Concerto pour violoncelle n° 1, la Symphonie n° 10, le Concerto pour violon n° 1, la Symphonie n° 15 et la Sonate pour piano n° 2.

L’envoûtant Huitième Quatuor à cordes, écrit en trois jours en juillet 1960 et dédié « aux victimes du fascisme et de la guerre », s’ouvre sur le motif DSCH. Il revient tout au long de l’œuvre, hurlant d’angoisse dans le féroce deuxième mouvement, et s’estompant dans les ténèbres du Largo final. Voici un enregistrement de 2006 du String Quartet No.8 :

YouTube video

Pärt : Collage sur B-A-C-H

Nous terminerons là où nous avons commencé, avec le motif BACH. Ce motif distinct constitue la graine de chacun des trois mouvements du Collage sur B-A-C-H d’Arvo Pärt de 1964 pour orchestre de chambre. À une époque où Pärt se détournait du modernisme dodécaphonique, cette pièce est remplie des fantômes du concerto grosso baroque.

YouTube video